Avant de remettre ses ongles entre les mains d’une prothésiste ongulaire, il faut s’assurer que c’est une professionnelle. Toutefois, il n’est pas toujours facile de faire la différence entre une prothésiste ongulaire professionnelle et amatrice. Voici 5 conseils pour vous aider à bien choisir votre technicienne. 

Une hygiène parfaite

Le matériel d’une prothésiste ongulaire doit être impeccable. Les outils doivent être propres et désinfectés entre chaque cliente. Son plan de travail est organisé. La prothésiste ongulaire est présentable et a une apparence soignée. La professionnelle sait également faire un diagnostic et vous parler de l’état de santé de vos ongles. Elle donne des conseils et vous guide dans votre choix. Si vous vous rendez dans un institut de beauté, tout doit être propre et dépourvu de poussière. L’atmosphère vous transporte idéalement dans un climat de confiance et de bien-être.

Une formation 

Il n’existe pas encore de diplôme reconnu pour la profession de prothésiste ongulaire. En revanche, la professionnelle des ongles aura suivi une formation de qualité, avant de pouvoir travailler. En effet, les formatrices sont expérimentées et transmettent à leurs élèves la technique, le savoir-faire ainsi que les protocoles stricts pour réaliser les prestations de mise en beauté des ongles. La prothésiste ongulaire doit proposer plusieurs prestations d’ongles : les faux ongles en gel, du nail art, le vernis semi-permanent, etc. Il ne suffit pas de proposer un unique soin d’embellissement d’ongle. En outre, vous avez le droit de demander où la personne a effectué sa formation.

Des produits professionnels

Les produits utilisés par la styliste ongulaire doivent être de qualité professionnelle. Elle doit posséder une large palette d’outils et de matériel, pour répondre à tous les besoins. De plus, les cosmétiques dont elle se sert doivent être aux normes Européennes. Attention également aux prix. En effet, gare aux tarifs attractifs, souvent témoins d’une personne non déclarée et par conséquent, non formée. Il est normal d’être attirée par un prix bas. Pour autant, cela veut dire que non seulement la qualité des produits, mais aussi de la prestation, seront médiocres. Si les poses d’ongles, de semi-permanent ou encore de nail art sont mal faites, au mieux, vous risquez un décollement, au pire, de véritables catastrophes esthétiques.

Une activité déclarée

L’activité d’une prothésiste ongulaire doit être déclarée. Cela impose un cadre légal et sous-entend qu’elle possède une responsabilité civile professionnelle. Une personne non déclarée n’est pas formée et peut créer des dégâts sur vos mains. De plus, cela est dévalorisant pour la profession.

Sa présence sur internet

Pour vérifier qu’une styliste ongulaire est professionnelle, il est possible de constater son existence en ligne. Généralement, elle possède un site internet bien conçu, mais aussi plusieurs comptes sur les réseaux sociaux, sur lesquels vous pouvez admirer les photos de son travail ou consulter les avis des clientes.

Dans notre salon de beauté situé près de Toulouse, à Balma, The Lab Institut, nos esthéticiennes ont reçu une formation de qualité professionnelle. Spécialiste des ongles, vous bénéficiez d’un climat serein, dans lequel vous êtes en toute confiance, pour leur confier vos mains.